Veuillez patienter - Nous traitons votre paiement, ne cliquez pas en dehors de cette page.
Ce processus peut prendre jusqu'à 30 secondes.

lo mode lente, la slow fashion

Qu’est-ce que la mode lente ? L’anti-mouvement durable


Presque tous les défenseurs de la mode lente étaient à l’origine des fanatiques de la mode éphémère. Après son apparition sur la scène, il y a environ 20 ans, la mode éphémère a vite dominé l’industrie de la mode. Elle interpellait directement les consommateurs de la classe moyenne. De grandes marques comme Zara et Urban Outfitters ont créé une infinité de styles conçus par des designers à des prix nettement inférieurs. Pour les consommateurs pour qui la mode haut de gamme n’avait jamais été à leur portée, l’accessibilité soudaine de copies abordables était particulièrement séduisante.

La réalisation abordable de ces styles permet des délais d’exécution extrêmement courts. Soudain, le calendrier habituel de quatre-saisons s’est transformé en un calendrier de 52 saisons. Un nouvel arrivage de styles dans les magasins de mode rapide chaque semaine. Il n’est donc pas surprenant que la quantité de vêtements invendus et gaspillés ait augmenté à un niveau inconcevable.

L’empreinte carbone de l’industrie de la mode représente 10 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. La mode engloutit plus d’énergie que les industries de l’aviation et du transport maritime mondial réunies. Cette prise de conscience du gaspillage massif de la mode a déclenché un contre-mouvement. Ce dernier a un intitulé simple : la mode lente ou slow fashion.

La mode lente est apparue comme un mouvement visant à combattre les effets polluants de la mode rapide. Kate Fletcher a inventé ce terme. Elle est auteure et professeure de durabilité dans le design et la mode au Centre for Sustainable Fashion à Londres. Fletcher a perçu la nécessité d’un mouvement de mode lente après la popularité croissante du mouvement Slow Food. Ce mouvement s’est également formé pour lutter contre la pollution croissante et l’augmentation de l’irrévérence des consommateurs.

Le problème de la mode éphémère

La mode éphémère a fait en sorte qu’il soit trop facile de se débarrasser de vêtements relativement neufs sans éprouver de regrets. Lorsque des marques comme Forever 21 et Topshop renouvellent leur stock chaque semaine, les vêtements commencent à être considérés comme une commodité bon marché. La mode éphémère est considérée comme la naissance de la « culture du jetable. » Le consommateur moyen ne porte un vêtement que sept fois avant de le jeter.

La culture du jetable se reflète dans les marques aussi bien que dans les consommateurs. Le géant de la mode rapide H&M a reconnu brûler 12 tonnes de vêtements invendus par an. Cela correspond à environ 4,3 milliards de dollars de stocks invendus. Lorsque la société qui vend vos vêtements vous fait comprendre qu’elle n’apprécie pas ses produits, il devient trop facile pour vous de ne pas les apprécier non plus.

En plus des quantités massives de carbone libérées dans l’atmosphère par la création et la combustion de vêtements non désirés, la fabrication risquée de tissus à bas prix représente environ 35 % de tous les micro plastiques présents dans l’océan.

Les valeurs de production bon marché de la mode éphémère font payer un lourd tribut aux ouvriers de l’habillement. Ils vivent et travaillent à l’étranger, ce qui génère une mode bon marché pour les marques occidentales. Actuellement, il y a plus de 5 000 usines rien qu’au Bangladesh. Il est notoire que ces travailleurs sont contraints de travailler dans des conditions dangereuses. Les employés les moins bien payés gagnant en moyenne 3 $ par jour.

L’effondrement d’une usine de vêtements au Bangladesh en 2013, qui a tué plus de 1 000 travailleurs, a attiré l’attention du monde entier sur le coût humain de la mode éphémère. Enfin, avec tous les yeux rivés sur les dégâts causés par la mode éphémère (au sens propre tout comme au sens figuré), les consommateurs ont commencé à pousser au changement.

slow fashion, a women is choosing some garments


La montée de la mode lente

La mode lente a été inventée en 2007. Cependant, elle a vraiment pris son essor au cours des huit dernières années environ. Elle met l’accent sur l’art de fabriquer des vêtements. De plus, elle rend hommage aux ouvriers et artisans du vêtement qui les produisent.

Au lieu de chasser les tendances, les marques de mode lente se concentrent sur la création de pièces intemporelles. Ces pièces sont bien construites et garanties pour vous durer des années, voire toute une vie. Les marques utilisent souvent des tissus robustes comme le lin, le Tencel et le coton biologique. Ces tissus ont un impact marginal sur l’environnement et peuvent facilement perdurer dans n’importe quelle garde-robe.

Une véritable mode lente est à la fois éthique et durable. Cela signifie que les marques valorisent leurs employés à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement. La composante éthique de la mode lente garantit aux travailleurs un salaire équitable. Elle leur garantit des conditions de travail sûres et un nombre d’heures de travail raisonnable.

Cependant, la mode lente ne se limite pas aux nouveaux produits fabriqués de manière durable et éthique. La mode lente est un mouvement global dédié à un changement de la mentalité des consommateurs. Les défenseurs de la mode lente s’efforcent d’encourager les achats de seconde main, le recyclage des vieux vêtements, et une tendance à consommer moins et à être plus attentif à ce que l’on achète.

Pour paraphraser l’activiste durable Anna Lappé, chaque fois que vous ouvrez votre portefeuille, vous utilisez votre dollar pour voter pour le genre de monde dans lequel vous voulez vivre. Voulez-vous vivre dans un monde qui se noie progressivement sous une mer de pollution vestimentaire et textile – contaminant de manière irréversible notre air et notre eau ? Où voulez-vous faire partie de la solution globale, en votant pour nettoyer notre terre et notre ciel en étant plus conscient de vos choix de consommation ?



Commencez votre cheminement vers la mode lente

Le parcours vers une vie lente et des choix de mode conscients n’est pas du tout difficile. La meilleure façon de commencer est à la maison. Explorez votre propre garde-robe et réfléchissez sur le type de choix de consommation que vous faites. Voici quelques méthodes simples pour commencer :

  1. Réduire, Réutiliser, Recycler : Trouvez les pièces que vous n’avez pas touchées depuis plus d’un an. Conservez vos pièces préférées – celles que vous portez fréquemment, celles qui ont une valeur sentimentale et celles qui vont avec tout. Tout ce dont vous pouvez vous passer, vous pouvez le donner ou le transformer en autre chose. N’oubliez pas de ne donner que des choses qui sont en bon état. Tous les dons de mauvaise qualité finiront vraisemblablement dans une décharge de toute façon.
  2. Moins, c’est plus : la façon la plus simple de vivre plus lentement est de prendre plus de temps pour investir dans de nouveaux articles. Les achats impulsifs se retrouvent normalement dans une corbeille de dons après seulement quelques utilisations. Combattez ce phénomène en étant plus pointilleux en ce qui concerne les nouveaux achats et ne vous engagez que pour des vêtements qui vous plairont pendant des années.
  3. La conscience est la clé: évitez les marques de mode éphémères. Faites un choix actif pour soutenir les entreprises de la mode lente. Ces marques redonnent à la terre et aux mains qui ont fabriqué leurs vêtements. Les pièces de mode lente dureront beaucoup plus longtemps que leurs homologues de mode éphémère. Ils sont conçus pour une vie éternellement à la mode.

adelaydi